L'entraîneur :

Stéfano Mazzolini

à Auxerre

à Ajaccio

Ses débuts d'entraîneur

Les Joueurs :    Photo

Gardiens :
1 HUMBLOT Cédric
2 PLUCHE Joffrey
3 LEGOUET
4 DELACOU
   
Défenseurs :
5 PIERRAT David
6 MARTIN Arnaud
7 MARTIN Richard
8 MICHAUT Emeric
9 COTTON David
10 BAVEREL Guillaume
11 LEMOINE Valentin
12 CHAPUT Etienne
13 BOUKO Dimitri
   
Milieux :
14 GIRAULT Julien
15 CONSTANT Nicolas
16 OUDOT Pierre
17 PLAQUEVENT Fabien
18 BERREHAIL Karim
19 JOURDE Romain
20 PEROSA Julien
21 ODOT Joffrey
22 PAUL Dimitri
   
Attaquants :
23 GUERARD Alexandre
24 EL MAJBOUBI Zachari
25 DAVID Aurélien
26 FRANQUET Laurent
27 LEBARD Jérôme
28 BURCET Mathieu
29 NANCEY Benjamin

Les Hommes clés :

Jean-Pierre DELAMARRE (Président)

Philippe RICHARD (Vice-Président)

François AUBRY (Trésorier)

Henri CASTEL

 (Secrétaire)

Patrick SIMON

 (Dirigeant D.H.)

 

L’ECAC : de la gloire à la chute

Yves TAINTURIER

Journal de la Haute Marne
Publié le  19 septembre 2001

C’est en 1957 qu’est née l’ECAC (Entente Chaumontaise Athletic Cheminots) football. Son “père” fondateur ? Marcel Baron, un président comme on en vit peu dans le monde associatif. 

Le bébé se porte plutôt bien et grandit rapidement passant de la Promotion-Aube-Haute-Marne à la CFA, lors de la saison

1960-61. Les résultats et le jeu de l’ECAC semblent plaire aux Chaumontais qui se déplacent en masse pour encourager leurs favoris. Avec Pierre Flamion à la tête de l’équipe, l’ECAC est régulièrement dans le trio de tête de la CFA.

L’ECAC en Deuxième division !

Le jour de gloire arrive lors de la saison 1966-67 avec la première participation au Championnat de France professionnel de Deuxième Division ! Les Blanchard, Natouri, Skormk, Pratajack, Landu signent à l’ECAC qui éprouve quelques difficultés malgré des succès éclatants contre Grenoble, Metz, Toulon et Bastia.

Pierre Flamion quitte le club, Paul Levin prend donc les rênes de l’équipe en 1968-69. Triste saison puisque le groupement fait disparaître l’ECAC de la scène professionnelle. Qu’importe, l’équipe est prête à rebondir dans le nouveau Championnat National et, dès la saison 1970-71, les hommes de “Wica” terminent 2ème, derrière Lille.

Michel Platini à Chaumont

La saison suivante Guy Nungesser arrive pour épauler “Wica”. Le duo d’entraîneurs et ses hommes vont alors connaître un grand moment, lors de la saison 1974-75, avec la venue de Nancy, le leader du moment qui, avec un certain Michel Platini, bat les Chaumontais au stade Georges-Dodin 3-0 devant 4 000 spectateurs !

Toujours avec Marcel Baron comme président, mais avec un nouvel entraîneur, Daniel Fromholtz, l’ECAC a droit aux honneurs du journal “L’équipe” qui titre “La tornade blanche” pour qualifier l’ECAC qui obtient, lors de la saison 1978-79, une série de 15 matches sans défaite !

Mais, après neuf ans parmi l’élite de la D2, l’ECAC termine 18ème et descend en 3ème Division. Triste saison 1979-80...

Des années mouvementées

La vie de l’ECAC devient alors particulièrement agitée, avec des hauts et des bas. La présidence change plusieurs fois de mains, Pierre Flamion revient comme entraîneur, l’ECAC remporte le titre du Groupe Est et accède à la 2ème division. Ce retour sur le devant de la scène est de courte durée puisqu’en 1986 l’ECAC termine 17ème et descend en DIII. Un nouveau changement de président, l’arrivée de Moussa Bezaz comme entraîneur, l’ECAC veut, une nouvelle fois, rebondir. Il n’en sera rien et, le 4 octobre 1991, c’est la liquidation judiciaire de l’ECAC et la naissance du Chaumont FC.

Trente quatre ans d’existence qui disparaissent, mais qui restent et resteront encore longtemps dans toutes les mémoires. Depuis, le football à Chaumont a, en effet, bien du mal à retrouver ses lettres de noblesse. Nostalgie quand tu nous tiens...

Yves Tainturier

Le CFC souffle ses dix bougies

Yves TAINTURIER

Journal de la Haute Marne
Publié le  04 octobre 2001
L’ex-Auxerrois Stéphane Mazzolini, arrivé à Chaumont en 1998, est le joueur emblématique d’un club encore tout jeune.

Le 4 octobre 1991, l’ECAC Football, qui évoluait en Deuxième Division professionnelle, est victime d’une liquidation judiciaire et disparait, laissant la place à un nouveau club, le Chaumont FC.

Le football de haut niveau, ce n’est pas pour tout de suite, en effet, le CFC est autorisé à repartir en Division d’Honneur de la Ligue de Champagne-Ardenne pour la saison 1991/1992. Comme souvent quand le bateau coule, les marins quittent le navire et, malgré le départ de nombreux joueurs, le Chaumont FC, sous la conduite de Guy Nungesser puis de Bernard Chaffaut, réussit à se maintenir en terminant à la 8ème place. C’est une première victoire pour les dirigeants et un joli pied de nez pour tous ceux qui pensaient que le nouveau club ne tiendrait pas la route !

Le CFC monte en Nationale 3

Régulièrement dans le haut du classement de la Division d’Honneur, le CFC termine premier lors de la saison 1995/1996 et accède au Championnat de Nationale 3. Après seulement quatre années d’existence, le Chaumont FC retrouve donc le niveau national, une bien belle récompense pour tous les joueurs et les dirigeants du club qui récoltent là le bénéfice de leurs efforts. Pour la première saison, le CFC termine à la 9ème place.

Un Auxerrois à Chaumont !

La Fédération Française de Football change les appellations des Divisions et le CFC évolue, à partir de 1997, dans le Championnat de France Amateur 2. Pour la première fois, le Chaumont FC souffre en championnat et se classe à une peu glorieuse 11ème place au terme de la saison 1997/1998.

Le premier “gros coup” du CFC, Jean-Pierre Delamarre, le Président, et les dirigeants, vont le réussir dans les coulisses, en 1998, en faisant signer l’Auxerrois Stéphane Mazzolini, l’homme au 128 matches en Division 1 avec l’AJA, sans compter ses nombreuses rencontres de Coupe d’Europe !

Sur le terrain, la bande au toujours fidèle Bernard Chaffaut, aidé de Daniel Fromholtz, aligne la bagatelle de treize matches sans défaite et une qualification pour les 32èmes de finale de la Coupe de France, contre Sedan, qui accèdera à la Division 1 et à la finale de la Coupe ! Battu 3-0, le CFC a du mal à retrouver la motivation en championnat. Premier à l’issu des matches aller, le CFC termine, en effet, 6ème de la saison 1998/1999. L’année suivante ne sera guère meilleure, les Chaumontais alternant le bon et le moins bon. Eprouvant les pires difficultés à la maison devant un public nostalgique de la belle époque et peu clément avec les joueurs, le CFC boucle la saison en 9ème position.

Tout près de la montée

Si Bernard Chaffaut est toujours là, c’est Daniel Fromholtz, son fidèle bras droit, qui prend les rênes de l’équipe première pour la saison 2000/2001. Le duo fonctionne bien et le CFC va réaliser sa meilleure saison depuis son retour au niveau national. Tout le championnat dans la course à la montée, les Chaumontais voient leurs espoirs d’accession s’envoler à deux journées de la fin et terminent finalement à la 5ème place.

Aujourd’hui, le club souffle ses dix bougies, en espérant qu’il y en ait beaucoup d’autres. Bon anniversaire !

Yves Tainturier

Les Résultats

Les Classements

L'Agenda

Les stats :

- A domicile

- A l'Extérieur

- Des joueurs

Le CFC Mag'

Les médias :

 

 

Fil actu (L'Equipe)

 

Live Score

 

ASNEIP

GROUPE SNEF

L’ILOT

INFORMATIQUE

LOPES Antonio

SAINT ALGUE

GARAGE AUTO CHOIGNES

FIOUL 52

THENARD Hervé

AUTO ECOLE BERVA Patrick

TABAC -

PRESSE - LOTO DE KANEL

 
 
 
  
Envoyez un courrier électronique à richard.martin16@wanadoo.fr pour toute question ou remarque concernant ce site Web.
Copyright © 2005 CHAUMONT FOOTBALL CLUB
Dernière modification : 06 décembre 2005